Deux minutes pour comprendre: une interview avec Joey Bergen, Consultant Sénior.

Migration de messagerie : qu’implique-t-il et quel est l’impact sur votre entreprise et vos employés ?

Une réponse en deux minutes.

Comment gérez-vous un projet de migration de messagerie ?

Nous avons travaillé sur un plan étape par étape standard dans la pratique, qui consiste en six étapes. Nous commençons par l’analyse de la conjoncture. Après cette analyse, nous traçons tout et nous examinons ce que nous pouvons faire et comment nous mettrons le nouveau projet en place. Puis on commence la phase de conception. C’est la phase où vous pouvez regarder la conception complète et l’environnement actuel coexistant. Une fois cette phase terminée, nous commençons avec la construction. Là vous créez un environnement complètement nouveau et vous intégrez les outils de migration.

Lorsque la phase de construction est terminée, on commence par la phase pilote. Il s’agit d’une phase très importante au cours de laquelle nous confirmer que nos outils de migration et le processus de migration, que nous avons à l’esprit, fonctionnerons parfaitement. S’il y a des petits bugs, nous pouvons les corriger et ensuite nous pouvons continuer avec la phase de la migration réelle. Pendant et après cette phase, il y a une composante supportive qui traverse les deux dernières phases et fait en sorte que les utilisateurs reçoivent toujours le service dont ils ont besoin.

Quelles sont les questions les plus fréquentes des clients concernant un projet de migration de messagerie ?

« Comment dois-je imaginer cette migration ? » La migration semble très simple : tout reste transparent pour l’utilisateur et les courriels continueront d’entrer dans l’ancien environnement et seront transmis au nouvel environnement. L’utilisateur ne va donc pas remarquer quoi que ce soit sur ce qui se passe en arrière-plan.

La seconde question la plus posée est : « Que dois-je faire avec mes archives ? » Les archives sont généralement centralisées ou elles sont décentralisées et réparties par exemple via PCs, le réseau ou les serveurs. Puis, il y a deux options : nous pouvons centraliser les archives décentralisées et elles migrent d’un endroit, ou nous pouvons déployer des logiciels sur les ordinateurs, qui collecteront ensuite les archives en les migrant de cette façon.

Une autre question importante que les clients demandent souvent est : « Perdrons-nous des données ? » Nous pouvons vous garantir une migration sans perte de données. Nous sommes expérimentés avec un produit et après beaucoup de tests et en comparant avec d’autres produits, nous pouvons vous garantir 0 % de perte de données.

Et puis l’impact : l’impact réel sur l’utilisateur est minime. Il n’y a aucun réel impact en dehors de redémarrage d’une station de travail habituellement et de reconfigurer le système de messagerie. Mais seulement si nous utilisons le bon outillage.

Par expérience, pouvez-vous nous dire quels sont les écueils les plus courants ?

Les écueils les plus courants est quand on pense qu’il n’y a aucun autre système connecté à l’environnement de messagerie ou on ne sait pas s’il y a autres systèmes ou applications branchées dessus. A ce moment, nous allons examiner ce qui est relié au cours de la phase d’analyse, quelles applications sont liées au système de courrier électronique. Et puis nous allons examiner ensemble avec les parties prenantes, comment nous pouvons les migrer et lier au nouvel environnement.

Un deuxième problème est que l’environnement peut parfois être très instable. L’instabilité peut se produire en raison de la méconnaissance du produit, ou parce que quelqu'un d’autre a repris le projet donc les problèmes s’accumulent. Nous fournirons ensuite un document lors de l’analyse où nous signalons tous les pièges ou tous les points qui nous paraissent nécessaires pour rendre l’environnement stable pour le client. Gfi peut aider à les mettre en œuvre, cela peut faire partie du projet.

Dernier aspect très important est la gestion du changement et la formation. Gestion du changement : communication avec les usagers pour leur montrer que vous le faites en leur faveur, qu’il s’agit simplement des améliorations qui les avantagent. De cette façon les utilisateurs les accepteront plus rapidement, et - dans le cas peu probable que quelque chose aille mal -  qu'ils peuvent continuer leur travail.

Formation : une formation afin que les utilisateurs puissent travailler immédiatement sans devoir téléphoner le service d’assistance pour demander comment faire les choses.

Si vous deviez résumer, quelles quatre compétences diriez-vous que vous avez besoin afin de mener un projet de migration de succès ?

Les compétences de base plus importantes étant un architecte de messagerie ou un consultant de courrielle sont deux aspects plutôt techniques et deux aspects de gestion. Des connaissances de gestion de projet sont très importantes. Vous n’avez pas nécessairement besoin d’être certifié PRINCE2, mais une saine connaissance d’une méthodologie est importante afin de garantir un plan et de garantir la livraison au client.

La deuxième chose est la gestion du changement, parce que nous voulons aider le client à mettre en place la communication.

En ce qui concerne les questions plus techniques, vous devez avoir une connaissance de l’environnement de la source et de l’environnement cible. Cela pourrait être Lotus Notes, Exchange ou Office 365. Si vous avez une connaissance insuffisante de ces systèmes et que vous devez implémenter une migration de messagerie, vous avez déjà perdu la moitié de la bataille.

Le dernier aspect est que vous devez avoir une connaissance d’un produit, un produit de migration, qui est stable, ce qui a déjà fait ses preuves sur le marché.

Articles liés

Partager