Axelle, un concept-machine pour accélérer la transition vers l’Industrie 4.0

En intégrant composants industriels et pilotage numérique des données dans une ligne de production, le concept-machine Axelle matérialise le modèle de l’Industrie 4.0.

Comment matérialiser la convergence entre les environnements de production industrielle automatisée (OT) et les solutions numériques d’entreprise (IT) propre à l’Industrie 4.0 ? C’est pour répondre à cette question qu’Inetum et ses partenaires du Collectif Continuité Numérique (CCN)* ont développé le concept-machine Axelle. En permettant à ses utilisateurs de vivre une expérience homme-machine inédite, Axelle offre aux industriels l’opportunité de se projeter dans leur transformation 4.0.

Fruit d’un travail collaboratif entre les huit membres du CCN et assemblée par la PME d’ingénierie industrielle ats, Axelle propose une ligne de production complète composée d’un convoyeur, d’un poste robotisé d’assemblage et d’un chariot convoyeur autoguidé (AGV). Paramétrable à distance, l’usage de cette machine vitrine se veut suffisamment ergonomique pour qu’un technicien disposant de connaissances en automatisme soit en mesure d’en assurer le réglage, l’installation et la mise en route facilement. Une solution simple à déployer, donc.

Facilitées par l’interopérabilité des composants, les données collectées (en filaire ou Wifi/Bluetooth) à toutes les étapes de la production, et sécurisées par chiffrement, sont centralisées et remontées dans un tableau de bord unique permettant d’assurer le pilotage de la machine. Laquelle peut adapter ses cadences au tempo de l’opérateur ainsi qu’à la productivité, la précision ou l’économie d’énergie selon les objectifs visés.

Axelle, figure de proue d’un nouveau modèle industriel

Axelle répond aux besoins des quatre profils d’utilisateurs détectés par les membres du CCN : l’opérateur de production, en charge du fonctionnement de l’outil qui peut basculer du mode automatique au mode collaboratif pour interagir avec la machine de manière sécurisée ; le responsable de maintenance, alerté en temps réel des dysfonctionnement et guidé dans ses procédures d’intervention ; la direction industrielle, qui garde la main sur les flux de gestion et visualise la performance de l’équipement et des processus associés ; et le client, qui peut saisir sa commande sur une tablette pour initier automatiquement la production et être informé de sa réalisation.

Le concept-machine est visitable au sein de l’Experience Business Center SAP (à Levallois-Perret) ainsi que dans les locaux des membres du CCN et chez ats grâce à un parcours guidé virtualisé. Axelle n’a cependant pas vocation à être commercialisée. Son rôle s’en tient à démontrer les capacités qu’une approche interopérable des solutions de production apportent aux industriels. Lesquels peuvent recombiner les différentes composantes selon leurs besoins.

Son inauguration virtuelle aura lieu le 19 novembre.

Pour y participer, inscrivez-vous en cliquant ici.

A l’heure où les événements sanitaires posent la question de la réindustrialisation du pays, le modèle de production doit plus que jamais être performant et assurer la fabrication de produits de qualité tout en garantissant la sécurité des opérateurs et la résilience de la chaîne de valeur. En unifiant IT et OT dans une volonté d’apporter une agilité inédite, Axelle s’inscrit comme la figure de proue d’un nouveau modèle industriel.

Merci aux équipes Consulting, Industries 4.0, Innovation et SAP d’Inetum pour leurs contributions au projet Axelle.

* Né en 2017 de la volonté de faire converger les mondes IT et OT, le CCN réunit des fournisseurs du monde industriels (Festo, actionneurs pneumatiques ; ifm electronic, capteurs-détecteurs, analyse vibratoire ; Phoenix Contact, matériel électrique, cybersécurité, automates ; SICK, capteurs intelligent, caméra ; SEW USOCOME, AGV, servomoteur, motorisation robot ; Stäubli, cobot) et des acteurs du numérique (SAP et Inetum) pour développer des solutions industrielles connectées et interopérables. Par cette initiative, le consortium veut simplifier l’évolution des clients vers l’usine intelligente en démontrant qu’il n’est pas indispensable de renouveler le parc de machines pour négocier le virage de l’Industrie 4.0.

Contact :

Stéphane Raynaud
Global Practice Manager Industry 4.0

Mots clésIndustrie4.0

Articles liés

Partager