Plus de 80 personnes s’étaient déplacées à la Maison de la Chimie à Paris, jeudi 14 juin, où Gfi Informatique inaugurait son Cloud Tour 2018 avec ses partenaires stratégiques AWS, Service Now et Red Hat.

Dominique Besnard, Practice Manager Architecte Cloud chez Gfi Informatique
Dominique Besnard, Practice Manager Architecte Cloud chez Gfi Informatique

Un lieu emblématique choisi pour sa symbolique. « La chimie relève de la transformation, elle demande beaucoup d’essais, de recherche, d’innovation. C’est un peu ce que vivent les entreprises », a suggéré Dominique Besnard, Practice Manager Architecte Cloud chez Gfi Informatique et maître de cérémonie pour l’occasion. « Il faut trouver les bons partenaires, le bon mode opératoire, le bon dosage… on fait tous de la chimie, en cuisine ou en informatique. »

Le cloud, accélérateur de l’innovation

Une analogie qui parle nécessairement à Boris Lecoeur. Le Country Manager d’Amazon Web Services (AWS) France, partenaire de Gfi Informatique, a rappelé que l’origine de l’offre cloud public était née d’un besoin de la maison mère Amazon. « Achat de serveurs, migration, maintenance… l’informatique interne était un frein pour le développement », rappelle-t-il en évoquant la création d’AWS en 2006.

De ce constat est née l’idée de développer des services dédiés, de les interconnecter avec des API, du paiement à l’usage… Et l’alchimie a pris corps. Aujourd’hui, une centaine de services et 1400 fonctionnalités sont disponibles dans le cloud d’Amazon dont les datacenters sont répartis aux quatre coins du monde (y compris Paris depuis peu).

« Sans le cloud, l’innovation aurait été moins florissante », est convaincu le dirigeant. Car le cloud permet de vérifier beaucoup d’idées à peu de frais. « On a la liberté de tester à l’extrême en conditions réelles, de tout casser sans risque et recommencer », considère le porte-parole d’AWS. « Grâce au cloud, gérer les désastres en informatique peut être amusant. » A condition de « disséminer l’innovation dans la culture de l’entreprise ». Et, en conséquence, entraîner une transformation profonde de l’organisation alors qu’il « faut se débarrasser de toutes les tâches différenciantes qui alourdissent les projets ».

Boris Lecoeur, Country Manager d’Amazon Web Services (AWS) France
Boris Lecoeur, Country Manager d’Amazon Web Services (AWS) France

Et de citer en exemple nombre de clients parmi les dizaines de milliers du fournisseur américain qui ont accéléré leurs développements en basculant tout ou partie de leurs services dans le cloud : AirBnB, Nexitis, Decathlon, Enel, Teads, Canal+, Engie, Veolia, nombre de FinTech ou encore la mutuelle Smatis « dont l’informatique est tellement efficiente qu’elle la revend aujourd’hui aux autres mutuelles ». Un bel exemple d’opportunité de nouveau business apporté par le cloud.

Boris Lecoeur a profité de sa tribune pour rappeler l’engagement fort d’AWS avec Gfi Informatique, « qui s’est accéléré en 2016 et2017 », et dont il apprécie la méthode. « Gfi a démarré avec des applications en interne. » Une façon de mieux connaître et maîtriser les services cloud proposés. Ce n’est, sous-entendu, pas le cas de tous les partenaires intégrateurs de l’entreprise fondée par Jeff Bezos.

Le cloud au service de la transformation numérique

Si, aux yeux de Boris Lecoeur le cloud permet à l’entreprise d’effacer les aspects technologiques, les autres partenaires de Gfi Informatique sur l’offre Go To Cloud sont revenus à des considérations quelque peu plus techniques de par la nature de leurs offres.

Le premier, ServiceNow, spécialisé depuis 15 ans dans la gestion des services IT (ITSM) a développé une offre de cloud operating model (ITOM) qui se propose de gérer les services dans le nuage. « Les entreprises migrent massivement dans le cloud mais… y’a-t-il un pilote dans l’avion ? », lance Philippe Breider, IT Operation Management.

Des environnements hybrides, aux questions de sécurité et conformité, en passant par la problématique de refacturation, de support, de monitoring et mesure de la performance, ServiceNow se propose de gérer de bout en bout les services déployés dans le cloud à partir de sa plate-forme tout en respectant les principes de conformité et sécurité habituels. Jusqu’à l’exploitation des données historiques par les algorithmes de machine learning pour mettre en œuvre une boucle d’amélioration continue. « Eviter de briser l’innovation sans se priver de contrôler les environnements déployés », résume Philippe Breider.

Philippe Breider, IT Operation Management de ServiceNow
Philippe Breider, IT Operation Management de ServiceNow

Une proposition de valeur qui parle à Red Hat. Outre le modèle open source dont il est un acteur majeur, l’éditeur est convaincu de l’efficience du cloud dans le développement des applicatifs. « Le on premise ne permet pas le développement rapide », commente Christophe Chardon, Partner Account Manager de la société au chapeau rouge. « Il faut moderniser les applications existantes et les gérer comme des nouvelles. »

Objectif : répondre aux exigences d’accélération des développements induites par la transformation numérique des entreprises. Pour répondre à ces enjeux, Red Hat propose son PaaS (plate-forme de services) OpenShift, un environnement qui « permet de se focaliser sur le côté applicatif sans se soucier de l’environnement technique » et harmonise la façon dont sont déployées les applications. Sous le capot, une plate-forme pour conteneurs basée sur OCI, Docker et Kubernetes qui vise à améliorer la capacité d’innovation et la qualité de service, optimiser les coûts d’infrastructure et augmenter l’efficacité opérationnelle.

Christophe Chardon, Partner Account Manager de Red Hat
Christophe Chardon, Partner Account Manager de Red Hat

La migration de bout en bout

L’ensemble des intervenants conviennent ainsi que le cloud appelé à s’effacer dans les esprits pour laisser place à l’activité propre de l’entreprise. Il n’en reste pas moins que le basculement vers le nuage nécessite une expertise que Gfi Informatique se fait fort de proposer avec son offre Go to Cloud.

Inventaire, construction, préparation et réalisation de la migration, suivi des opérations, de l’optimisation et, surtout, de l’adoption, Gfi Informatique est en mesure de prendre en charge le projet de bout en bout en s’épaulant de ses partenaires AWS pour le cloud, ServiceNow pour l’automatisation des processus et Red Hat pour l’exploitation des conteneurs et l’approche DevOps.

« La migration vers le cloud respecte le processus de migration vers un datacenter sauf qu’il n’y a plus besoin de construire ce datacenter ni le catalogue de services », résume Thierry Miguet, Cloud Engine Director au sein de l’ESN. Ou la transformation du plomb en or version numérique. Veolia en a témoigné à travers son propre retour d’expérience de migration dans le cloud. Un témoignage qui fera l’objet d’un prochain article.


Thierry Miguet, Cloud Engine Director chez Gfi Informatique

Mots clésInfrastructure

Articles liés

Partager